Voir le panier

Edouard Philippe, un battant à Matignon

Edouard Philippe Libération

Le maire du Havre, proche d'Alain Juppé, s'installe à Matignon l'année du 500e anniversaire de sa ville. Une accélération du temps qui sied bien à ce proactif, prompt à relever les défis.

Édouard Philippe, 46 ans, pourra-t-il continuer à s'entrainer trois fois par semaine, vers 7h du matin, dans une salle de boxe ? Pas certain, car le nombre de combats qui attendent le nouveau chef du gouvernement nécessitera une réserve d'énergie phénoménale. En choisissant celui qui propulse avec fougue la ville du Havre dans la modernité, le président de la République sait - pour le connaître depuis quelques années - qu'il correspond à ce qu'il souhaite pour conduire les réformes préconisées pour le pays. Avec, en prime, l'idée qu'à moins d'un mois des élections législatives, la nomination d'un Juppéiste indéfectible à Matignon peut à la fois illustrer sa capacité à transgresser les codes du pouvoir et impacter positivement la majorité qu'il se doit d'obtenir à l'Assemblée nationale.

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait esquissé ainsi le portrait-type de son futur premier ministre : "Il sera à l'image des engagements que j'ai pris. C'est quelqu'un qui aura une expérience dans le champ politique, les compétences pour diriger une majorité parlementaire et les compétences pour animer un collectif gouvernemental." Pour autant, Édouard Philippe, est-il totalement "Macron compatible" ?

Le président de la République et son premier ministre, énarques, développent manifestement une rapidité d'analyse hors du commun. Un cerveau qui fonctionne à grande vitesse au point que les interlocuteurs d'Édouard Philippe ont parfois l'impression que la réponse à leur question va fuser avant même qu'elle soit entièrement posée. Les deux hommes : 39 ans pour le président, 46 ans pour le premier ministre, partagent le même goût du pouvoir, le sens de l'État, une propension à faire bouger les lignes et l'énergie que cela implique, sachant au passage user de la séduction. Mais le maire du Havre, né à Rouen, reste un homme libre au caractère affirmé, un "sanguin" a-t-il lâché un jour en souriant à l'évocation d'une altercation musclée avec Nicolas Sarkozy...

Les deux hommes désormais à la tête de l'État sont très sportifs, aiment la boxe, le tennis, et Édouard Philippe rêvait dans sa jeunesse de devenir footballeur professionnel. Et si l'on élargit le spectre commun, on remarque que l'épouse du nouveau président de la République est une ex-professeur de français, comme les deux parents d'Édouard Philippe. D'où une passion commune pour la littérature. Edouard Philippe se préparait d'ailleurs à la sortie d'un nouvel ouvrage "qui parle des livres".

Le maire du Havre, qui dans sa jeunesse admirait Michel Rocard, aime à répéter qu'il n'est pas un homme du passé - on s'en doutait - et rechigne à reconnaître qu'il adore surprendre là où on ne l'attend pas, comme par exemple ses récentes chroniques dans Libération, ou sa prestation sur le plateau télé d'une émission spécialisée dans le football, ou bien encore son admiration pour le rocker du New Jersey Bruce Springsteen. Dans les rues de la ville portuaire normande, où il a été élu maire au premier tour en 2014, il est rare d'entendre une critique sur son action, tout juste si quelques détracteurs lui reprochent une certaine froideur.

Il y a quelques mois, au Havre, Edouard Philippe annonce devant quelques journalistes que, compte-tenu de la loi sur le cumul des mandats, il ne se représentera pas aux législatives. Il rappelle qu'il avait voté contre cette loi, considérant que la présence d'un élu local à l'Assemblée nationale est très utile ne serait-ce que pour être connecté avec les projets gouvernementaux, ou obtenir un rendez-vous avec les ministres croisés dans les couloirs de l'Assemblée. Je lui fais alors remarquer qu'il ne lui reste qu'une seule solution afin de pouvoir compenser ce manque : être nommé ministre... C'est fait.

Jean-Pierre BOULAIS

 

Parcours Express

Edouard Philippe est diplômé de l'Institut d'Etudes politiques de Paris et ancien élève de l'ENA (promotion Marc Bloch, 1997). Il est membre du Conseil d'État.

Il a été directeur général de l'UMP de 2002 à 2004, puis avocat en droit public dans un cabinet franco-américain et enfin directeur des affaires publiques d'Areva de 2007 à 2010.

Adjoint au maire du Havre de 2001 à 2010, il sera également conseiller régional de Haute-Normandie de 2004 à 2008, député suppléant de Seine-Maritime de 2007 à 2012 et, à compter de 2008, conseiller général de Seine-Maritime.

En octobre 2010, il est élu maire du Havre, et réélu au premier tour en mars 2014.

Il est élu député de la 7e circonscription de la Seine-Maritime en juin 2012.

Edouard Philippe est également président de la Communauté d'agglomération Havraise.

(Source Ville du Havre)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Pierre BOULAIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Publié le : 15/05/2017

Archives

Voir toutes les archives

abonnez-vous

abonnez-vous

Réseaux sociaux

Magazine n° 284 - AOÛT-SEPTEMBRE 2017

284-ARTICLE UNE SIRON.jpg

L'équipe éditoriale

Voir toute l'équipe

Devenir annonceur

Devenir annonceur


ici la boutique

Télécharger gratuitement
l'application «Normandie Mag » sur


Non, merci,
accédez directement au site